Dog dancing...

Historique

 

En 1992, lors de la manifestation canine la "Crufts" (Birmingham, Angleterre), une demande est faite à Mary Ray afin qu'elle présente une démonstration d'obéissance sur le ring d'honneur. Marie Ray, championne d'obéissance et d'agility se plie volontiers à l'exercice mais y ajoute une touche personnelle: de la musique. Cette obéissance sur musique mettant en évidence un travail de haute précision de la marche au pied plaira au public et prendra le nom de "heelwork to music".

Parallèlement à cette naissance aux Royaumes-Unis, une nouvelle discipline canine utilisant elle aussi un support musical voit le jour au Canada. Les mouvements sont plus libres, moins axés sur la marche au pied. On lui donne le nom de "canine freestyle".

Il faudra cependant attendre quelques années avant l'apparition des premières compétitions officielles: 2005 pour la "Cruft", 2006 pour la Belgique.

En juin 2010, au Danemark, s'est tenu le premier championnat du monde FCI de Heelwork to Music et  Freestyle.

 

La discipline:

Freestyle:

Le Freestyle a sans aucun doute un grand nombre d'adeptes. Il séduit par son côté varié et innovant. Tous les mouvements sont acceptés pour autant qu'ils soient respectueux du chien et ne le metttent en aucun cas en danger. Il en ressort un aspect ludique, autant dans la création de la chorégraphie que dans l'originalité des mouvements. Jusqu'en 2012, les concours belges de dogdance ne dissociaient pas freestyle et heelwork.

 

Heelwork to Music:

Cette discipline doit être composée de 75% de marche au pied, le chien ne pouvant s'éloigner de plus de 2 mètres du conducteur. Des positions bien précises sont imposées.   

 

Le dogdancing est reconnu par la Société Royale Cynologique de la Saint Hubert (Belgique) sous la section 5B.

 

 

Dogdancing ?

 

Il s'agit d'une extension de l'obéissance classique, avec une pointe de piment: la joie de vivre, la joie de former un ensemble maître-chien, avec la musique qui contribue à cette ambiance joyeuse. En effet, c’est la musique qui donne des ailes. Mettez n’importe quel morceau des années 60 et vous verrez que votre marche au pied prend une autre allure. Et votre chien ? Vous serez surpris de voir qu’il répond allègrement à votre entrain.

 

Jeu, danse, chorégraphie et éducation canine, le dog dancing est un peu tout à la fois. Au premier niveau, il s’agit d’éduquer son chien en musique (peu importe laquelle, pourvu que ça swingue : marche au pied, saut en hauteur, salut, roulade, toutes les figures sont autorisées pour autant qu’elles conviennent à la morphologie et aux aptitudes du chien (et du maître !)

Chaque maître choisit et adapte les figures qu’il réalise à sa grandeur et à celle de son chien !

A un stade plus expérimenté, le dogdancing passe du jeu au vrai spectacle avec costumes, décor et mise en scène. Avec un peu d’expérience et un chien coopératif, les maîtres les plus inventifs peuvent imaginer de véritables chorégraphies avec leur compagnon !

 

Des concours réglementés sont d’ailleurs organisés avec différents niveaux d’expertise.

 

 

Comment ça marche ?

 

Cette discipline repose avant tout sur des méthodes de " dressage ", dites positives (douces) sans aucune punition, où il suffit d’observer les aptitudes naturelles du chien pour les encourager par des récompenses (jouets, friandises, caresses…) – L’usage du clicker peut vraiment être très utile et même recommandé car plus neutre.

Si le chien ne veut pas réaliser l’exercice, le fait de ne pas recevoir "le click " et la récompense le fait réfléchir de façon à ce qu’il corrige lui-même la bonne réalisation de l’exercice.

Sachez qu’en prime, cette activité canalise l’énergie du chien et renforce la complicité avec le maître. 

 

 

 

 

Pour qui ?

Grand costaud ou petit cabot au poil hirsute, le dog dancing convient à toutes les races (en concours 12 mois minimum) et à tous les maîtres en principe (jeunes ou moins jeunes !) pourvu qu’ils soient armés de PATIENCE et d’un peu de savoir faire.

 

 

 

Témoignage de Bernard:

 

 

Réflexions pour les débutants en concours de dogdance

 

 

 

Vous avez assisté à un concours ou à une démonstration de dogdance. Certaines chorées ont suscité votre admiration. La performance du chien était remarquable et vous pensez que le vôtre serait à la hauteur. Votre décision est prise : à vous les concours et les podiums.

 

Tout n’est pourtant pas si simple. Beaucoup d’éléments rentrent en ligne de compte afin que votre chorée ou « routine » dans le jargon du dogdance soit pleinement réussie. Et encore !

 

 

 

Vous avez suivi les cours et votre chien connait déjà beaucoup de tricks différents qu’il est capable d’enchaîner.

 

Obéit-il au son de votre voix ou sur un geste de la main ? Cela à son importante. Pendant la routine, vous devez guider votre compagnon à la voix. Plus vous utiliserez vos mains, plus vous perdrez des points. Autant l’habituer le plus tôt possible. Si le chien n’obéit pas à l’ordre vocal, comptez jusqu’à 3 et ensuite faite un geste court et discret.

 

 

 

Question musique, elle ne doit être ni trop lente ni trop rapide quand on débute. Choisissez en une dont le tempo est bien marqué et linéaire. Ce sera plus facile de vous repérer si vous avez un trou de mémoire ou si vous êtes en décalage à un moment donné. La mélodie doit toujours correspondre au couple conducteur/chien. Testez là avant sur votre animal. Inutile de vouloir absolument le dernier hit à la mode ou votre chanson préférée. Vous aurez l’occasion de l’utiliser quand vous serez dans les « Avancés ».

 

Les vidéos sur Internet, les représentations et votre imagination vous ont aidé à construire une chorée. Tout se passe comme vous le souhaiter. Votre « partenaire » la réalise sans difficulté. L’idéal c’est d’y associer un exercice qui reprend l’atout majeur de votre compagnon : ramasser un objet, le porter, sauter, exécuter le twist,... Cela le dynamisera pendant la routine. Une jolie entrée, une fin intéressante et une séquence originale ou inhabituelle au milieu de la chorégraphie attirera plus l’attention. N’oubliez pas que vous devez parcourir 75% du ring.

 

Quelle en est la durée ? En concours, pour le brevet ou pour la section beginners, la musique ne peut dépasser 2’30 ‘’. C’est le grand maximum. Il faudra éliminer quelques tricks que vous auriez voulu intégrer. Impossible de tout montrer.

 

 

 

Votre entourage vous demande une démonstration. Et patatras, votre chien n’en fait qu’à sa tête ou il prend la poudre d’escampette. Vous avez oublié une règle de base : le chien est sensible à tout ce qui l’entoure : les gens, le bruit, les distractions de tout genre. S’il n’est pas habitué au changement, il y a peu de chance qu’il vous écoute et vous obéisse au doigt et à l’œil.

 

Que faire ?

 

Habituez-le à toute situation. N’hésitez pas à vous exercer tous les deux devant votre famille, dans un parc, dans un milieu inhabituel pour lui.

 

Pourquoi ne pas essayer le Fun&Feed ? En fin de chaque concours, vous avez la possibilité de montrer votre chorée à des personnes rodées aux exhibitions. Vous n’êtes pas coté mais vous pouvez bénéficier de leurs remarques pertinentes. La durée de la mélodie n’a pas d’importance et vous pouvez récompenser votre chien ou jouer avec lui sur la piste. S’il est peureux et qu’il reste à vos côtés, il sera sans doute plus à l’aise en heelwork. S’il a tendance à aboyer, il faut lui demander des mouvements basiques ou faciles. On peut aussi le faire courir après un objet.

 

 

 

Après quelques tentatives publiques votre compagnon est enfin prêt à s’élancer sur le ring. Votre chorée est au point.

 

 

 

Avez-vous votre costume et les accessoires ?

 

Choisir ses habits a également de l’importance. Ils font partie de la cote artistique et doit être en rapport avec la chorée. Pas besoin de grand tralala. A moins que vous n’en ayez vraiment envie, laissez tomber les paillettes, le tape-à-l’œil et autres bling bling. C’est le chien qui doit être mis en valeur et non l’inverse. A ce propos, votre partenaire ne peut rien avoir sur lui excepté un léger collier.

 

Pour les accessoires, n’en faites pas trop non plus. On croise une multitude d’objets divers en concours et on peut se demander parfois si ce n’est pas excessif. Encore une fois, c’est l’évolution de votre duo sur la piste qui compte et non le décorum.

 

 

 

Avant toute chose, pensez à commander votre carnet de travail (5B) auprès de la Société royale de Saint Hubert (délai de 3 à 4 semaines). Ce carnet est indispensable. Les points que vous récolterez seront retranscris dedans. Vous devrez le présenter à l’accueil à chaque concours.

 

Le formulaire d’inscription doit être renvoyé 15 jours maximum avant la date de la compétition. Le paiement de 9 euros valide l’inscription. Ne vous y prenez pas trop tard. Il pourrait arriver que vous soyez refusé car il y a trop de monde inscrit dans votre catégorie ou que la liste des participants est déjà imprimée.

 

Quelques jours avant la date de l’exhibition, vous recevrez par mail la liste des candidats et l’ordre de passage. Vérifiez si vos coordonnées sont exactes et envoyez la rectification si nécessaire.

 

 

 

Gravez votre musique sur un CD. Attention, faites en copie pour vos entraînements. Il s’abime assez vite et il arrive que le lecteur le refuse ou qu’il « saute » pendant le spectacle. Vous pourriez être disqualifié pour cette raison. Pensez à l’enregistrer aussi sur clé usb. En cas de soucis, le disk jockey pourra choisir cette alternative. Donc deux CD : un pour les concours et l’autre pour les répètes.

 

 

 

Le jour décisif vous devez être au moins une heure à l’avance de votre passage. Vous remettez le carnet et le CD à l’accueil.

 

Profitez du temps qu’il vous reste pour promener votre chien et l’inciter à faire ses besoins. S’il a une envie pressante et qu’il s’oublie sur le ring, c’est la disqualification.

 

 

 

En général, les prestations des brevets et des beginners se déroulent en matinée de même que le HTM. Si vous passez en fun & feed, toujours en fin d’après-midi après le concours, l’attente peut-être longue pour votre chien. Pour éviter la fatigue, il est préférable qu’il reste au repos dans la voiture (à l’ombre) ou dans sa cage. N’oubliez pas lui dégourdir les pattes de temps et temps et de lui octroyer la pause pipi.

 

 

 

Avant le passage de chaque catégorie, vous pourrez explorer le ring avec votre chien. Cette étape est importante pour lui. Cela lui permet de se familiariser brièvement avec ce nouvel espace. La nourriture y est interdite. Après un ou deux tours de piste, faites le un peu travailler et surtout jouez avec lui. N’oubliez pas son jouet préféré. Cela le mettra en confiance.

 

 

 

Le stress monte. Tout le monde le vit, même les habitués de longue date. Votre chien le ressent très fort. Prenez vos précautions : rescue fleurs de Bach, sophrologie, médicaments, relaxation, … ce que vous voulez mais faites-le. Au risque que votre compagnon à quatre pattes qui subit déjà la pression du concours et du remue-ménage de la salle, ne disjoncte à son tour.

 

 

 

L’instant de votre passage arrive. Il semblerait que la personne devant vous soit absente. Vous avez, à proximité du ring, un espace « d’échauffement » ou de travail du chien. Il vous reste moins de 5 minutes. Jouez avec lui, demandez-lui quelques exercices facile à réaliser et donnez-lui systématiquement une récompense afin de l’encourager.

 

Votre compagnon est prêt, vous vous préparez à rentrer quand le concurrent qui devait vous précéder arrive à la dernière seconde. Hélas. Vous devrez de nouveau patienter … et ne pas laisser votre complice se rendormir ou devenir trop agité. Parfois même la personne est appelée par les juges et le palabre dure plus longtemps que prévu. Pas de chance mais restez aux aguets.

 

 

 

Le grand moment arrive. Vous avez environ une minute pour installer vos accessoires sur la piste. Votre chien est tenu par un membre de l’équipe organisatrice. Il est possible que le disque jockey vous fasse entendre votre musique et vous demande si le volume convient. Vous pouvez lui demander la durée exacte de votre chanson sur son appareil.

 

La laisse enlevée et confiée à la personne qui ouvre l’entrée du ring, donnez une dernière friandise à votre chien juste avant de rentrer sur la piste. Ayez une attitude positive et souriante. N’oubliez pas de saluer les juges (au nombre de trois) d’un mouvement de tête ou de la main. Mieux encore, demandez à votre chien un salut face à eux. Réclamez encore un dernier exercice très simple à votre compagnon. Quand vous êtes prêt, faites un signe aux juges. C’est eux qui diront au DJ de lancer la musique. De préférence, soyez déjà en mouvement quand la mélodie démarre plutôt que de rester inactif. Il est permis de recommencer la chorée si la musique démarre mal.

 

 

 

Attention de toujours regarder ce que le chien fait sur le ring et dans tous les cas, gardez tout le temps un contact visuel avec lui surtout si la musique ne démarre pas.

 

S’il ressent trop votre stress ou que quelque chose le distrait, il peut soit ne pas réaliser le mouvement soit il cherche carrément à sortir du ring. Vous pouvez lui parler. Quoi qu’il se passe, quelle que soit la technique utilisée, restez connecter avec lui.

 

 

 

Votre partenaire doit prendre du plaisir sur le dance floor et paraître joyeux, malgré le bruit, le stress, les autres chiens qui aboient. Un chien dans l’obligation ne réalisera pas aussi bien les exercices et ne sera pas agréable à regarder.

 

 

 

S’il ne fait pas le mouvement, changer de position et redonner l’ordre. S’il n’écoute toujours pas, passer cette étape et continuer la routine, attirez son attention jusqu’à ce que le chien s’intéresse à ce que vous faites. La musique ne s’arrête pas, vous n’avez pas le temps.

 

 

 

Le chien et le maitre doivent être en harmonie. Un animal hyperactif et un maître lent ou l’inverse est disharmonieux. Qu’il prenne le TGV ou l’omnibus, le chien doit suivre son maître et réaliser correctement les mouvements.

 

Eviter les gestes avec les mains ne veut pas dire que vous devez rester statique pendant que le chien exécute le trick. C’est le moment de sortir le comédien qui sommeille en vous. Ce n’est pas si évident de surveiller votre compère, de vérifier si vous êtes dans les temps et de prendre une attitude souriante et théâtrale. D’où l’intérêt de répéter régulièrement devant un public et dans n’importe quelle circonstance.

 

 

 

Les difficultés en fonction des races comptent. Certains mouvements sont plus difficiles que pour d’autres. Des chiens par exemple prennent facilement un objet dans la gueule alors que d’autres s’y refusent. Exécuter un mouvement inhabituel pour une race peut-être intéressant pour autant qu’il ne soit pas dangereux. Gare à la sanction. Il y a des « tours » interdits quand on débute. Renseignez-vous.

 

Ex : un grand chien ne peut se tenir seul sur ses deux pattes arrières. Si votre chien est sur le dos, vous devez le récupérer et non le laissez tomber ou sauter, la position « beau » ne peut dépasser quelques secondes, etc.

 

 

 

Les deux minutes trente sont vite passées. Là encore, vous avez peu de temps pour « évacuer » vos accessoires. Demandez si possible à une de vos connaissances de les ramasser à votre place pendant que vous vous occupez de votre chien. Qu’il ait bien ou mal travaillé n’a pas d’importance. Il faut le récompenser. Dès que vous êtes sorti du ring, donnez-lui son jackpot. Prévoyez quelques friandises dans une boite ou sachet que vous laissez près de la sortie ou de l’espace de travail. Un autre membre de l’organisation vous rend la laisse.

 

 

 

Voilà, le stress peut retomber. Vos connaissances vous félicitent ou vous consolent selon les cas. Avant tout, occupez-vous de votre chien. Après son jackpot, caressez-le puis remettez-le dans sa cage, dans la voiture, quelque part où il se sent en sécurité et où il peut se reposer.

 

 

 

Maintenant vous pouvez discuter avec votre entourage et attendre, attendre et encore attendre les résultats. Vous avez tout le temps de regarder les autres participants et de faire connaissance avec les autres candidats. Il règne souvent une bonne ambiance lors des concours. Certains vous poseront des questions sur tel ou tel mouvement de votre chorée, de quel club vous venez, etc… C’est toujours agréable d’échanger quelques expériences.

 

 

 

Il est également très intéressant d’avoir été filmé. C’est le meilleur moyen de se rendre compte de ce qui n’a pas fonctionné ou des défauts à corriger surtout quand vous aurez lu les notes des juges. C’est parfois surprenant de voir votre partenaire sous un autre jour.

 

 

 

Enfin les résultats sont proclamés. Ensuite, vous allez rechercher votre carnet de travail, le cd/usb et le détail de la cotation des juges. Le total général /10 est retranscrit dans le carnet. Et la drôle de surprise arrive quand vous lisez les notes attribuées. Même s’ils doivent rester très objectifs, dans la réalité des faits, ce n’est pas toujours le cas. Il arrive qu’un vous ait mis 7,4 pour la partie artistique et un autre 8,3. Différence énorme qui est difficilement justifiable ou compréhensible. Rien ne vous empêche de leur demander quelques précisions. Gentiment.

 

 

 

Les cotations sont réparties en 3 catégories :

 

  • La présentation : routine, aide avec les mains, degré de difficultés,…

  • Le contenu : nombres d’exercice, l’exécution correcte, l’emploi du terrain,…

  • La partie artistique : costume approprié, interprétation de la musique, mariage routine/chien, …

 

 

Dernières remarques :

 

  • Au fil des concours, votre chorée va se peaufiner. C’est normal, en fonction du comportement du chien, vous pourrez modifier la chorée, ajouter ou supprimer un mouvement.

  • Même si la journée paraît longue, c’est un plaisir d’être soutenu par les membres de son club et de rencontrer les autres écoles ; des amitiés se créent.

  • MAIS n’oubliez pas : le principal reste votre chien. Respectez son rythme. Evitez de participer à tous les concours. Trop, c’est trop. A moins d’avoir un chien qui vous suit comme son ombre, un jour ou l’autre il risque de saturer...

  • Enfin, à la place du mot « concours » préféré « spectacle ». C’est un moment de complicité avec votre fidèle compagnon et des heures de travail que vous montrez, à part le jury, à des passionnés comme vous.